Quel est ce combat ?

 

 

Le combat mené contre les OGM : 

 

 La Confédération paysanne refuse les OGM en agriculture. Cette technologie est utilisée à seule fin de profits financiers par quelques firmes semencières transnationales. Cette guerre commerciale se déroule au mépris, non seulement des paysans, mais aussi des consommateurs, de l’environnement et de la santé, au mépris de tout principe de précaution.

La bataille des ogm fait rage. C' est une autre agriculture qui se profile entièrement livrée au transnationales. Malgré ses réticences, la France avance vers les ogm. Si les firmes géantes que sont Monsanto et Novartis ont rencontré des résistances, c' est en parti en raison de l' action de José Bové, des faucheurs volontaires et de la confédération paysanne. Ce n' est peut être pas lui qui le premier a alerté l' opinion mais c' est lui qui a su donner au combat sa dimension sociétale.

En aout 1999, après avoir détruit avec ses compagnons de la confédération paysanne, le Mac Donalds de Millau, dans l' Averon, José Bové avait purgé 19 jours de préventive.

A force d' actions symboliques et médiatiques, le danger représenté par le developpement non maitrisé des ogm a été si bien compris qu' en decembre 2001, 71 % des européens se declaraient hostiles à cette nouvelle technologie.

Exemple: Lors d' une manifestation en 2003, sept militants de la confédération paysanne ont été placés en garde à vue durant 48 heures. Elle consistait à neutraliser un essai de maïs transgénique dans les Yvelines, en castrant les plans de maïs et en recoltant les épis en formation afin d' éviter tput risque de pollution par pollinisation. C' était une action non violente et à visage découvert qui a été effectuée avec des élus et des membres de diverses organisations.

 

Tant que les essais en plein champ seront poursuivis, que de nouvelles autorisations d' essai seront octroyées et que la menace de la levée du moratoire européen est réel, la confédération paysanne continuera de s' opposer fermement et par tous les moyens aux essais d' ogm. Ni l' emprisonnement de son porte parole José Bové, ni les poursuites contre ses militants n' entameront sa détermination.

Un historique détaillé des ces évenements anti-OGM :

    http://www.e-monsite.com/tpeogm/rubrique-1008411.html

 

Lorsque les médias traditionnels traitent de la lutte anti – OGM, ils s ‘ appuient généralement sur des célébrités comme José Bové. Ce sont des personnages comme lui qui portent ce mouvement, mais la lutte sur le terrain est menée aussi par des personnes tout à fait ordinaires. Ces militants de base agissent sans souci de reconnaissance.

La lutte anti OGM au plan juridique :

Depuis les premiers arrachages d ‘ OGM, destructions de plants d ‘ essai ou de dose de semence, les mises en culture commerciales on quasi totalement disparue, mais les firmes tentent de poursuivre des essais malgré la position de 80% des consommateurs citoyens européens.

Tous les moyens sont bons pour y parvenir, pourtant certains tests ont bien du mal à être publiés démontrant des modifications physiologiques profondes chez des rats de laboratoires, grands consommateurs obligés d ’ OGM.

La bataille juridique se met donc en place : des arrêtés municipaux, des contrôles de légalité des dossiers administratifs d ‘ essais, des contrôles d ‘ autorisation de commercialisation se mettent en place.

Rappel des procédures d ’ autorisation :

Les dossiers sont validés par la CGB ( commission du génie bio- moléculaire ) puis à la commune concernée par l ’ essai. Pour la CGB les dossiers sont classés secret industriel. La DDAF ( direction départementale de l ’ agriculture et de la forêt ) ne reçoit qu ’ un dossier tronqué pour permettre au SRPV ( service régional de la protection des végétaux ) de suivre des mesures de précaution pour éviter la contamination intempestive, un simple déroulé du test suffi. La commune ne reçoit que quelques feuillets qui ne donnent pratiquement aucune indication sauf le type de manipulation génétique. La seule obligation réglementaire reste l ’ affichage d ’ un avis d ’ essai de culture OGM. SI la semence est autorisée par le catalogue européen, les cultures de vente n ’ ont pas besoin d ’ affichage.

Politiquement il faut s ’ assurer de la volonté de la collectivité territorial en faisant prendre une délibération formelle de refus des OGM. Celle ci est de forme administrative. Elle sert à s ’ assurer de la cohésion des élus. 0 la suite du vote de cette délibération, le maire peut mettre en place un arrêté de police signé par lui seul ne mentionnant pas le conseil municipal.

 Les verts lancent une pétition anti- OGM :

Les verts ont décidés de lancer une pétition dans toute l ‘ Europe contre les OGM, à la suite de la décision de la commission européenne d ‘ autoriser l ‘ importation dans l ‘ union d ‘ un aliment génétiquement modifié, le maïs BT-11, le 19/05/04. Les trois députés verts français ( Martine Billard, Yves Cochet, Noël Mamère ) et le porte parole national, Yves Contassot, ont annoncé que si la pétition recevait un million de signatures, la commission serait obligé de mettre le sujet à l ‘ ordre du jour du conseil européen, selon le projet de constitution européenne. Cette pétition sera mise en circulation dans toute l ' Europe et sera disponible en France sur le site des verts (www.les-verts.org).

L ' étiquetage de produits obligatoire est selon les verts non concluant. D ' abord parce que la mention est difficile à voir et comme le souligne monsieur cochet, cela ne concerne que les produits de base et non les produits contenant des OGM.

Tous les responsables des verts se disent prêt à des actions de désobéissance civique avec arrachage dans les champs de produits OGM

 

Action Greenpeace contre un hypermarché Auchan

Exemple d' une action de Green Peace contre un supermarché Auchan

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site